LE JARDIN DE JACKIE -
LE PAILLAGE : POURQUOI, COMMENT ?


LE PAILLAGE

             Indispensable à plus d'un titre, le paillage permet d'éviter l'érosion des parcelles non-cultivées (ou en attente de mise en culture), mais il permet aussi, sur les parcelles cultivées, de limiter l'évaporation (et donc de réduire les arrosages) mais aussi de réduire énormément la pousse des mauvaises herbes, tout en apportant des éléments nutritifs au sol.

LE PAILLAGE SUR PARCELLES NON CULTIVÉES :

1er cas : parcelle en attente de mise en culture :

            Selon la durée d'attente de la mise en culture, soit je fais un paillage temporaire (feuilles mortes ou tontes d'herbe,soit si la durée d'attente est de plus de trois mois, je sème des engrais verts qui seront hachés à la tondeuse puis enfouis avant la mise en culture.

2ème cas : parcelle qui ne sera pas utilisée avant la prochaine saison :

            J'utilise dans ce cas une méthode qui restera en place plus longtemps (entre 5 et 6 mois). L'idéal est de la mettre en œuvre fin octobre et ce jusqu'au printemps.
             Cette méthode consiste à couvrir la parcelle de carton (kraft de préférence, sans encre, peinture et en retirant les éventuels papiers adhésifs), puis de le recouvrir soit de feuilles mortes, ou de tontes de pelouse.
             Le carton va attirer les lombrics et accompagner des aléas climatique (pluie, neige,gel) accélérer la décomposition des végétaux. Au printemps, il ne restera plus qu'à griffer le sol avant de mettre en culture.

3ème cas : le paillage de protection :

            Le paillage de protection consiste à ne pas laisser la terre à nue, par exemple en été, pour éviter une trop grande évaporation et ainsi limiter les arrosages. Après binage , on peut ainsi pailler au pied des arbres fruitiers, mais aussi toute sortes de culture : je paille mes framboisiers, mes fraisiers, mais aussi mes pommes de terre, tomates, courgettes, concombres etc...
            Attention toutefois à certains légumes qui n'aiment pas l'humidité (ail, oignons, échalotes ...) et faire attention aussi au fait que l'humidité peut attirer escargots et autre limaces qui adorent les salades par exemple.


LES DIFFÉRENTS TYPES DE PAILLAGE :

les paillages naturels :

Plus particulièrement adaptés pour le potager, tout d'abord, ceux que le jardinier peut produire lui-même :
  • les tontes de gazon qui sont riches en azote et qui se décomposent rapidement (une dizaine de semaines). Il faut laisser l'herbe sécher une ou deux journées au soleil pour éviter « d'étouffer le sol et vos plantations » si vous faites un paillage sur une planche mise en culture .
  • Les feuilles morte à l'automne pour couvrir une planche qui restera nue jusqu'au printemps (dans ce cas, j'étale d'abord une couche de cartons que je recouvre avec les feuilles que j'arrose, mouillées elles se décomposent mieux et ne s’envolent pas au moindre coup de vent)
Ensuite, ceux que l'on peut se procurer facilement, ou à moindre coup :
    • la fougère sèche,que vous broyez à la tondeuse : riche en potasse et en silice, bon pour beaucoup de plantes (pivoines, roses de Noël et autre hellébores). Si vous voulez faire plaisir à vos rosiers, ajoutez aux fougères des orties avant de broyer le tout).
    • De la paille hachée à la tondeuse si vous en trouvez près de chez vous (auprès d'un agriculteur), excellent pour pailler les fraisiers (on peut aussi les pailler avec du miscanthus couramment appelé herbe à éléphants que l'on trouve en jardinerie)
Ceux que l'on peut trouver en jardinerie : paillettes de lin, écorces de pins, coques de cacao (en savoir plus sur : http://www.aujardin.info/fiches/paillage )

les autres types de paillage :

              Plus adaptés pour le jardin d'ornement, ils sont plus simple à installer avant les plantations :
- le film plastique noir
- la toile tissée
- gravier, galets, sable, briques ou ardoises pillées
- le carton recyclable (par exemple un disque de carton au pied d'un arbre)

                Dans tous les cas, le but recherché étant d'interdire la pousse des mauvaises herbes.